The road seems to bounce beneath his quick and flowing step. Tall and sleek Jay Alansky strides, a soul’s brushstroke against a backdrop of intersecting streets in Paris, London, and New York, looking for an art book, rare music, a sweet look (for the rhyme, but not only). Dandy? Without a doubt. But not before composer, songwriter, filmmaker, photographer, Pygmalion. Always awakening. Always immersed in the process of creation and self-creation. Since the beginning of the 70s, his multiple musical incarnations have traced their way resolutely, standing out at the crossroads of worlds and genres- at the places where rock, pop, electronica, and song meet and overlap. His discography, born out of this eclecticism, reflects a personality that is both intense the vision of an artist as astute as he is aesthetic.

1–A Rock'n'Roll kid

Jay was born in Paris, the city where his father heads a small music-publishing company, baptized Monde Melody (Melody World). His office next to the Palais-Royal doubles as a musical instrument boutique, where stars of the 60s like Jacques Dutronc come to buy their gear. It’s a rainy afternoon in 1963, and in the form of a gift from his mother- an edition of Disco Revue largely consecrated to Gene Vincent- Jay is experiencing his rock’n’roll epiphany.
“Walking up Pelleport Street, the magazine in my hand, I said to myself: This is it. This is what I have to do. This is who I have to be.” Beatles, Stones, Kinks, Dylan…they continually make their mark up until the point where in December 1968, Jay learns a handful of chords on the guitar and writes his first song: Ballad of a Man Like Me. In 1971, at the age of 16, he records his first album in nine hours and calls it Season, released on his father’s label. The next year an EP entitled Hello Life follows. His first fans? Hundreds of classmates, who dig into their pockets to buy copies of the album at Voltaire High School, which he attends with his future collaborator Christophe J.
In 1975, donning the band name The Beautiful Losers, Christophe and Jay record the album “Nobody Knows The Heaven”, imbued with the inspiration of decadent glam rockers. Even though the album sales are modest, it is nevertheless picked up by knowing ears : music critics Yves Adrien, Patrick Eudeline, even the English weekly publication NME give it a review. And it is also during this time that in Brussels, a young author named Jacques Duvall (aka Hagen Dierks) is falling in love with Jay’s songs.

2–In vogue

In 1977, Jacques contacts Jay and proposes that they collaborate. Their first work together is a 7-inch single with the sublime Marie-France (“Déréglée / Daisy”): muse of the infamous Alcazar club, of Parisian nights and photographers Pierre and Gilles. The team gathers more momentum when Duvall has Alansky listen to the singing of a tough and spirited teenage girl, Lio, who he discovered in the media library managed by her mother. For two years, Jay and Jacques write more than thirty songs for the young girl. Their tenacity proves fruitful, in the literal sense: their hit song is called “Le Banana Split”. Signed in Belgium in 1979, the song quickly climbs to the top of the charts and becomes an international hit and sold 2 million singles in Europe. Jay admits that he wrote it in less time than the song’s actual duration…
« After two years of work, Jacques calls me and informs me that we finally got a contract and that the first single won’t be mine. They wanted to cover an old 60s classic- I was furious, I told him to send me some lyrics, and in two minutes, I had composed Le Banana Split », a song that became a sensation for the electro-pop generation (before the term was even coined), transmitted on airwaves all the way to Japan. It was followed by a bunch of cleverly titled hits like “Sage comme un image”, “Amicalement votre”, and “Si Belle et inutile”.Albums sales were also excellent.
While composing music for Lio, Jay is also breaking into a career as a lyricist with some quick successes like the ska/reggae album “Kingston, Kingston” performed by the band Lou and The Hollywood Bananas (there’s that fruit again…),a european chart topper. He pens the lyrics of two songs (“Palais Royal” and “Toute la ville en Parle”) on the album “Poses” ( a Gold record…again), a work that marks a comeback for Alain Chamfort after he left Flêche Records. At the same time, he re-launches the career of the joker Plastic Bertrand with a top ten summer ballad in ’79 (“Sentimentale Moi”).
All of this naturally leads Jay to make his first album as the interpreter of his own songs. It’s in French: “Tendre est la nuit” (Tender is the Night), recorded in Los Angeles and released in France on March 6th, 1980, the day of his 25th birthday. Sophisticated, soulful, the album is a critical success and reinforces the image of a singer-songwriter “in vogue”. Faithful to his artists, he continues to write for Lio, The Hollywood Bananas, Plastic Bertrand, while also enlarging his sphere by writing the lyrics to the song “Indiscrétion” for Julien Clerc( on his first platinum album on Virgin Records).
Very dedicated, without forgetting to have fun; it’s the beginning of the 80s and Jay spends a lot of time at Studio d’Auteuil, a hotspot for the Parisian scene at the birth of New Wave. Here he produces several singles for Marie-France, “Image à Definir” for the actress Anicée Alvina, the first French rap “A mon âge déjà fatigué” performed by Pierre Edouard, Anne Marenko, Wall Street, “Prise au Piège” and “Fille Cosmopolite” for Malvina Melville. He also records a second personal album “La force qu’on a en nous” (The Strength We Have in Us), cancelled at the last minute by his record label despite having planned the release. This whirlwind of activity gives him ceaseless opportunities to perfect the art of sound and production. Two 7-inch singles at CBS in 1984, “Defense de Pleurer”, “Heureux, Malheureux” make their waves. Next he produces Christophe J., his former “complice” from The Beautiful Losers (who had made a great solo album with RCA, “Sons of Waterloo”). In his entourage, Jay meets Jipé Nataf and decides to produce the second single of his band Les Innocents. The recording of “Jodie”, turns out to be a long and difficult process. Jay is a demanding producer, but it’s a recipe for success.

3–Jil Caplan, The Innocent One

Among the band’s circle of friends, Jay notices a young, budding actress with black hair and porcelain skin. She is taking acting classes but is not against an experiment in “chanson”. Jay conjures up a name, a character, a repertoire: Jil Caplan is born. He composes and finances the album “A Peine 21” in two months, and four hit singles gathering plenty of radio play prove that it’s receiving a warm welcome. Jil makes appearances on multiple TV shows and the album goes gold (100.000 sales). With her androgynous Parisian look and her nonchalant phrasing, Caplan perfectly embodies the sensibility of songs that are both pop and profound. The remarkable understanding between the interpret and her Pygmalion continues and flourishes on their second album “La Charmeuse de serpents”), for which Jay again plays the role of author, composer, arranger, and producer. The first single, “Tout c’qui nous sépare” is an immediate hit, soon followed by “Natalie Wood”, “As-tu déjà oublié?”, “Parle moi”. These songs, packed with images and cultural references, bring Jil Caplan to the French Music Award Ceremony, where she wins best emerging artist of 1991, with close to 300,000 copies sold. All of this occurs just before her first tour.
Jil’s musical success provides the opportunity for Jay to immerse himself in image-based work (he also directs music videos and shoots photos for album covers). Like a true workaholic, he continues to write music for Lio’s album Pop Model (notably “Fallait pas commencer”( Top 3), and he also finds the time to pass along a great pair of “Lunettes Noires” (sunglasses) to his sister Hélèna to launch her first single. His role as a producer is moving at full throttle: Jay spends over 300 days a year in recording studios, including the famous Studio Garage, where he produces Louis Bertignac and the Visitors, The Pirate’s Fiancé, Les Chiffons, Marie Léonor, Baroque Bordello, La Belle Equipe…all without counting the numerous experiments and projects that never see the light of day. He also produces Valentin and Anna Betti, whose singles capture media attention. Then, he records two duets with Jil Caplan, but it’s the release of “The Price of Love”, a double album sung entirely in English (in an era when French artists rarely attempt a similar feat) that marks his comeback as the interpreter of his own songs. It is 1989, and recording technology allows him to play every instrument on the album, just as he did for Jil. The critics give Jay unanimous praise for this very personal work. The media follows suit, and Jay is invited to appear on a variety of television shows (including the famous Blind Test with Thierry Ardisson).
After a successful tour, Jil cuts her hair short and releases a third album “Avant qu’il ne soit trop tard”, which is a darker, electric,violent and less immediate work, for which she writes some of her own lyrics to combine with the rest, which are written by Jay. Insatiable, he simultaneously makes the album “Honey on a Razor Blade” in 1993, a massive project for which he records over forty songs. Unfortunately, the promotion hasn’t even started when the label collapses due to the suicide of its director. Without distribution, the album becomes a rare collector’s item. Also an avid prose writer, it is at this time that Jay puts the finishing touches on an intense literary experiment he has been working on for several years. Called “Carnets Fetiches” (The Fetish Journals), he refuses to see it published by an unscrupulous publisher who is only interested in the content for its deeply erotic side.
This period comes to a cathartic close with the recording of the almost-live album “Our Secret Place”, a project he participates in with several other musicians that according to some marks a return to the glam rock feel of The Beautiful Losers, but will never be released. Honored by his peers (Coeur de creation award in 1988, a medal from the French rights society Sacem), Jay is also solicited to do film scores. The director Leos Carax contacts him several times, and they even write a song together, which ends up being cut from the final version of “Mauvais Sang”.

4-A Reminiscent Drive / The F-Com Years
It is 1994. Jay is exhausted from years of work. He ceases his collaboration with Jil Caplan and stops haunting the big studios. It’s perhaps not a coincidence that his list of songs in alphabetical order begins with “After Life” and ends with “You are Free”. In the mid-90s, the hit songwriter is thirsty for something else- instrumental music, free from the diktats of the song format- something that will enable him to explore another realm of his sensitivity that has a clear link to his spiritual questioning. The project A Reminscent Drive takes form in 1995, on an old eight-track tape recorder. Ambient, experimental music that remains extremely melodic, free from all formatting constraints, A Reminiscent Drive embraces multiple musical forms and is always surprising. The typewritten words “No Computer On This Record” appear on the cover of the first EP “Flame One”, released in 1996.
Jay Alansky is welcomed with open arms by the label FCommunications, one of the pillars that is soon to become the “French Touch”. This album is followed by two more EPs “Embrace” and “Given”. Next he releases the full-length album “Mercy Street” in 1997, with its distinctive cover portraying a Japanese cherry tree, a photo taken by Jay who is now consecrating half of his time to his photography. Around the same time, he makes a book of collages called “Visual Samples” and numerous exhibitions of his visual work accompanying the release of “Ambrosia” in the year 2000. He does DJ sets, some mixtapes (for the renowned English festival Big Chill), some remixes (including a very special “A ton étoile” for famous French rock band Noir Désir, which becomes very sought after on the internet), as well as work commissioned by Patrick Rémy, important editor in the world of photography. Simultaneously, the A Reminiscent Drive albums are distributed in numerous countries (the UK, Scandinavia, Germany, Japan…) and welcomed by the public and critics alike (Single of the Week in the NME, Record Mirror, the Wire, Mojo) with praises: “if Ravel was alive today he’d be making albums like Mercy Street”.
“New York City Dharma”, “Life is Beautiful”, “Two Sides to Every Story”, and “Ambrosia” get picked up along with other songs and presented in numerous compilations of electronic music (Hotel Costes,etc…).These tracks are also often used by people from the art world or filmmakers such as Agnès Varda.
In 2003, seeing that the world of electronic music is becoming predictable, Jay releases a new album under his own name, this time staying with the label Fcom (it’s at this moment that he changes the spelling of his name- previously Alanski- to Alansky). Its title “Les yeux crevés” (Stabbed Eyes), which also happens to be one of the songs on the album performed by Jay in French is contested, deemed violent, dark and disturbing in opposition to its colorful, hand-drawn cover. FCom asks Jay to do a series of concerts (Brussels, French festival Printemps de Bourges, Nouveau Casino, China Club…). The experience is interesting but difficult. Pursuing one and many paths at the same time, Jay Alansky is also orchestrating his return in the genre of French “chanson” with the first recording of a young female singer, Elfy. Ambitious concept, the songs co-written by her on the album “Lisa without her star” are released in 2002 on a major label. Although the project receives critical esteem from influential media personalities (Catherine Breillat writes Elfy’s biography, Asia Argento is contacted to make the videos), the album is sacrificed due to a reorganization of its label just weeks after its release. Changes in the direction of the label and new priorities cause the album to get shelved. Having become a rare item, the album attains cult status, notably among a particular gay audience that appreciates its subtle ambiguities. Jay continues his collaboration with Elfy and produces two more albums, “Like a Wolf” and “The Animals”, which push the synthesis of French chanson and electronica even further. Unfortunately, the two projects never see the light of day. Only some handmade copies are sold for the benefit of the artist.

5–Images, cinema…

During his career as a singer-songwriter, Jay will have the fantasy of writing for several big names. He meets Sandie Shaw, “the barefoot singer” at the beginning of the 90s, Lambert Wilson who asks him to write an album, he sends a song to France Gall and to Brigitte Bardot…
It is therefore with pleasure that he accepts the request of Sylvie Vartan to write for her. He proposes a choice of three songs, one written especially for her, and two more previously recorded by A. Betti. Paradoxically, she chooses those, echoing her famous “Maritza” in her interpretation of “Odessa”, recounting the exile of a young Russian living in Paris. A meeting with Buzy also leads to two Alansky songs recorded by the pop star. He continues his collaboration with Jacques Duvall for Marie-France and Lio. He begins writing a musical with a suprising subject with Pierre Grosz, an effort that is unfortunately stalled by the inability to garner the financial means necessary to launch it. He pursues his work in photography, exploring the universe of Sand M with a collection of images called “Obsessive Flesh”.
In 2006, Jay Alansky proposes a new album to FCom called “Comedy World”, a synthesis of psychedelic, abrasive songs transcending what the label is comfortable releasing, marking the end of their collaboration. The same year, Jil Caplan and Jay Alansky move into new apartments located across from each other- coincidentally. This new twist of fate inspires an artistic reunion, manifest in the album “Derrière la porte” (2007), recorded entirely in the Pink Studio that Jay set up near the Champs-Elysées. A very receptive media praises this disc that perfectly reflects its own time by uniquely fusing the “chanson” culture with electronica taking on its pivotal role in the discography of Jil Caplan and allowing her to make a performance comeback (L’Européen, Le Petit Saint-Martin, a tour in China).
At the same time, Jay writes and directs “Les Stations du Ciel” (Four Steps to Heaven), four films with a total duration of three hours and forty minutes. His experience with self-production and photography lights up this ambitious project, the production team which consists of only one assistant and thirteen actresses, including the mother of Marion Cotillard: Niseema Theillaud. One of the four films, “Look Up, Prepare The Way !” is mostly shot in New York. For those who know his photos, the colors and contrasts are typical of his vision: sometimes trash-Warholian, sometimes tear-jerking fragility suggesting edgy, emotional dialogues. With their air of impressionist collages, these films make important statements about our time. Religion, “ultra modern” solitude, masochism, the unraveling of time and existence, they treat themes that are serious and brutal.Totally experimental , the films distinctive qualities are also their sophisticated music and scripts.
All of this brings us to the present day and a collaboration with the astonishing Pierre Faa (Jay declares he is today’s best French language singer-songwriter), which gives birth to the album “L’avenir n’est plus comme avant”, to be released in spring 2011. The Beautiful Losers’ “Nobody Knows The Heaven” is reissued on the label Martyrs of Pop and gains even more poignant recognition from the press (35 years later !). For this occasion Jay makes three music videos. He writes some songs for the beginner Vanessa Chassaigne and for some months, on the web we can follow the progress of his new and mysterious musical incarnation sEYmour, an avatar he prefers not to explain quite yet. It’s for you to discover!
His songs and music are constantly rediscovered.La Fiancée has just released Caplan ‘s « Tout c’qui nous sépare " , Nouvelle Vague a version of « Déréglée » on his new album out worldwide. His electronic "classics" are on Ibiza Classic Sunset by José Padilla ‘s new compilation and many others every year. And there’s still more to come ! Jay has put on line two hundred and twenty seven short films (largely seen and liked on Vimeo) and his photographic work can be seen on many different blogs and on Tumblr where his photographs are reblogged on numerous occasions. .
He's been asked to participate with "Monstruosa" to the Kiel Fetish Film Festival 2011 and a german label Peacelounge will reissue all his A Reminiscent Drive catalogue in digital and release a double cd anthology "Zoom Back Camera" in Fall 2013. He also lately directed many music videos for Pierre Faa ( among them, two shot in NYC ! ), Emma Solal and others.
A novel "Hermine et le vieux jeune homme" (Editions de l'Harmattan) is published in France in january 2015 and a Seymour album " I was a Gentleman " is finally out february 11. There are also  critically acclaimed reissues of many of his previous works. SEASON (on Wah Wah records, a spanish label), FRANCE Chébran (with the 1981 Pierre EDOUARD's rap "à mon âge déjà fatigué").
In 2016, in Paris takes place an exhibition of his film photographies ( 1995-2002 ).
His creations, the winding path of his career, tell the story of the most rare type of artist: one whose vision and ambition colors everything in his life- a phoenix who is never finished being reborn.
La rue semble rebondir sous son pas souple et rapide. Longiligne comme un trait d’esprit, Jay Alansky arpente Paris, Londres et New York à la recherche de livres d’art , de musiques rares et de beaux regards (pour la rime, mais pas seulement). Dandy ? Sans doute…Mais d’abord, compositeur, auteur, vidéaste, photographe, Pygmalion. Toujours en éveil. Toujours en état de création et d’autocréation.
Depuis le début des années 70, ses multiples incarnations musicales dessinent un parcours résolument à part, à la croisée des mondes, entre rock, pop, électronique et chanson. D’un grand éclectisme sa discographie n’en reste pas moins parcourue d'une même tension, qui reflète un tempérament entier, intranquille, profondément esthète.

1-Un enfant du rock

Jay naît et grandit à Paris, où son père dirige une petite maison d'éditions musicales baptisée Monde Melody. Ses bureaux (au 6, rue Vivienne, à deux pas du Palais-Royal), sont aussi une boutique d'instruments de musique, où viennent se fournir des stars des années 60 comme Jacques Dutronc. Un pluvieux jeudi après-midi de 1963, il vit son "épiphanie rock'n'rollienne" en se faisant offrir par sa mère un numéro de Disco-Revue largement consacré à Gene Vincent. « En remontant la rue Pelleport, le magazine à la main, je me suis dit : "Voilà, c'est ça qu'il faut faire, c'est là qu'il faut être". » Beatles, Stones, Kinks, Dylan… impressionneront pour toujours sa vie de jeune garçon jusqu’en décembre 1968 où il apprend ses premiers accords de guitare et écrit (en anglais) sa première chanson : "Ballad Of A Man Like Me". En 1971, à 16 ans, il enregistre en neuf heures un premier album « Season » qui sortira sur le label de son père puis récidive avec un EP "Hello Life"en 1972. Il en vendra des centaines au lycée Voltaire qu'il fréquente avec son futur complice Christophe J.Quelques lignes dans » Rock et Folk » et  « Extra »,une première télévision (dans un cirque !!!) et en
1975, Christophe et Jay enregistrent ensemble, sous le nom The Beautiful Losers, un album
« Nobody Knows The Heaven » imprégné de l'univers des glam-rockers décadents. Si les ventes restent confidentielles, il est néanmoins remarqué par des oreilles averties : Yves Adrien , Patrick Eudeline, même l’hebdomadaire anglais NME lui consacre une chronique. Et pendant ce temps à Bruxelles, un jeune auteur (Jacques Duvall aka Hagen Dierks) tombe amoureux de ses chansons.


2-En vogue

En 1977, Jacques contacte Jay et lui propose de collaborer. Leur première œuvre commune sera un 45 tours de la sublime Marie-France ("Déréglée / "Daisy"), égérie de l'Alcazar, des nuits parisiennes et des photographes Pierre et Gilles. Mais surtout, Duvall entend faire chanter une adolescente au caractère bien trempé : c’est Lio, qu'il rencontre dans la médiathèque que dirige la mère de celle-ci. Pendant près deux ans, Jay et Jacques vont écrire plus de trente chansons pour la jeune fille. Leur ténacité finit par porter ses fruits, ou plutôt son fruit, puisque c'est de "Banana Split" qu'il s'agit. Signée en Belgique en 1979, cette chanson devient vite un hit international. Jay avoue volontiers l'avoir composée en moins de temps qu'elle ne dure... Après deux ans de travail, Jacques m'appelle, m'apprend qu'on a enfin décroché un contrat et que le premier single ne sera pas de moi. Ils voulaient partir sur une adaptation d’un vieux classique 60’s, j'étais furieux, je lui ai dit de m'envoyer le texte, et en deux minutes, j'avais composé le "Banana Split"» qui fera fondre jusqu’au Japon toute une génération électro-pop avant le terme (1980, tout rond). Il en suivra toute une moisson de tubes à double fond comme « Sage comme une image », « Amicalement votre », « Si belle et inutile ».
En parallèle à ces musiques pour Lio, Jay entame une carrière de parolier, avec des succès immédiats comme l’album ska / reggae « Kingston, Kingston » du groupe Lou And The Hollywood Bananas (tiens, encore ce fruit...). Il signe deux textes ("Palais Royal" et "Toute la ville en parle") sur l'album "Poses", qui marque le retour en grâce d'Alain Chamfort, après son départ de l'écurie Flèche. Le temps de quelques chansons il relance aussi le succès du joker Plastic Bertrand (« Sentimentale moi » slow de l’été 1979). Tout cela l'emmène naturellement à un premier album en tant que chanteur, en français: "Tendre est la nuit", enregistré à Los Angeles, et sorti en France le 6 mars 1980, jour de ses 25 ans. Manifeste soul, sophistiqué,l’album sera un succès d’estime et contribuera à renforcer son image d'auteur-compositeur en vogue. Fidèle, il continue d’écrire et/ou produire avec une certaine réussite, pour Lio, les Hollywood Bananas, Plastic Bertrand puis élargit ses collaborations en écrivant le texte « Indiscrétion » pour Julien Clerc. Jay s’amuse très sérieusement dans ce showbiz 80’s,boit du champagne l’après-midi à l’Hôtel Warwick avec Michel Polnareff.
Et en cette première moitié des années 80 il passera également beaucoup de temps au Studio d’Auteuil, haut lieu d’une scène parisienne new wave naissante (y côtoyant notamment Jacno), et produira plusieurs 45t pour Marie-France,le « Noir et Blanc » d’Hagen Dierks, « Image à Définir » pour l’actrice Anicée Alvina, le premier rap en français « A mon âge déjà fatigué » interprété par Pierre Edouard (frère de Marthe Lagache,égérie 8O’s),Teenie,Martin Circus, Anne Marenko,Cassie,Clara Capri pour qui il écrit avec J.Duvall l’hymne dancefloor « Maudit DJ », Wall Street, « Prise au Piège » et « Fille Cosmopolite » pour Malvina Melville et un nouvel album « La Force qu’on a en nous » annulé au dernier moment par sa maison de disques malgré une sortie annoncée. Tout cela mettra en valeur un travail sur le son et la production qu’il n’aura de cesse de perfectionner. Deux 45 tours de chanteur chez CBS en 1984 « Défense de Pleurer », « Heureux , Malheureux » seront remarqués, puis il produit Christophe J. ancien complice des Beautiful Losers (qui s'est illustré en 1983 avec un bel album solo chez RCA, "Sons Of Waterloo"). C’est dans l’entourage de celui-ci qu’il rencontre Jipé Nataf et décide de produire le deuxième 45 tours de son groupe Les Innocents. L'enregistrement de "Jodie" s'avère long et difficile, Jay est exigeant, mais le succès sera au rendez-vous.


3-Caplan, l'innocente

Parmi les amies qui gravitent autour du groupe, Jay remarque une jeune apprentie comédienne, aux cheveux noirs et au teint de porcelaine. Elle fréquente le cours Florent, mais n'est pas contre une expérience dans la chanson. Jay lui invente un nom, un personnage, un répertoire... Ce sera Jil Caplan, dont il sera également le producteur financier. Parallèlement il collabore avec l’éditeur Marc Lumbroso connu pour avoir découvert Jean jacques Goldman, sur deux nouveaux 45 tours en tant que chanteur, « Comme un Fou » et « Black and Blue » auxquels il manquera peu pour devenir de véritables hits et qui seront condamnés à « frissonner au top » selon la formule de l’époque.
Mais revenons à Jil Caplan et son album « A peine 21 » écrit par Jay en deux mois, et dont le très bel accueil se confirmera au fil de quatre singles passant beaucoup en radio « Oh! tous les soirs » « Comme sur une balançoire» « Cette fille n’est pas pour toi » et « Tard dans la nuit ». Jil multiplie les émissions de télévision et l’album finira Disque d’Or. Avec son look parisien androgyne et son phrasé nonchalant Caplan incarne parfaitement la sensibilité des chansons à la fois pop et profondes. Cette résonance remarquable entre l'interprète et son Pygmalion se prolonge, et même s'épanouit, sur l'album "La charmeuse de serpents" (1990) dont Jay est à nouveau auteur, compositeur, arrangeur et producteur. Le premier extrait "Tout c’qui nous sépare" est un tube immédiat, bientôt suivi par "Natalie Wood", "As-tu déjà oublié ?" et « Parle moi ». Ces chansons truffées d'images et de références, emmèneront Jil Caplan jusqu'aux Victoires de la Musique (Révélation de l'année 91, près de 300 000 exemplaires vendus), tout cela à l'aube de sa première tournée. Ce sera également l’occasion pour Jay d’entreprendre un travail sur les images, (il signe de nombreuses pochettes et clips). Stakhanoviste, il continue à écrire de nombreuses musiques pour Lio pour l’album Pop Modèle ( notamment « Fallait pas commencer » top 3 dans les charts) et Hélèna sa sœur à qui il refile une bonne vieille paire de « Lunettes Noires »,son premier 45t. A partir de cette période il passera près de 300 jours par an dans les studios d’enregistrement, dont le fameux Studio Garage, où il produira entre autres Louis Bertignac et les Visiteurs, La Fiancée du Pirate, Les Chiffons, Marie Léonor, Baroque Bordello, La Belle Equipe… sans compter les nombreuses expérimentations,demandes de collaboration et projets qui ne verront jamais le jour. Il produira aussi Valentin et Anna Betti dont les 45 tours seront très remarqués. Il enregistrera également deux duos avec Jil Caplan, mais c’est avec « The Price Of Love » un double album entièrement chanté en anglais, à une époque où les artistes français ne s'y aventurent guère, que Jay revient à sa carrière de chanteur. Nous sommes en 1989. Les techniques d’enregistrement lui permettent, comme il le fait pour Jil, de jouer tous les instruments de ce nouveau projet d’interprète. La critique sera unanime et accueillera ce travail très personnel à la mesure de ce que Jay y a mis. Il sera autant apprécié par la presse spécialisée que l’invité de nombreuses émissions de télévision (le fameux blind test avec Thierry Ardisson entre autres).
Après une « tournée du bonheur » réussie Jil se coupe les cheveux et sort un troisième album « Avant qu’il ne soit trop tard », plus sombre, électrique, difficile, dont elle signera quelques textes, le reste du disque étant écrit et composé par Jay.
Insatiable, il boucle en même temps l’enregistrement d’ « Honey on a Razor Blade » en 1993 (pour lequel il enregistre 40 titres,20 figureront sur l’album), et y pousse son travail de production plus loin encore. Hélas, la promotion n'a même pas encore commencé quand le label est stoppé net par le suicide de son directeur. Fnac Music n'est plus, et l'album restera une pièce rare. Collector également, « Carnets Fétiches », intense expérimentation littéraire entreprise tout au long des dernières années et que Jay refusera de voir publier par un éditeur peu scrupuleux et seulement intéressé par l’aspect en partie érotique et transgressif du manuscrit. Cette période s’achèvera comme une catharsis par l’enregistrement avec plusieurs musiciens d’un album quasiment live « Our secret Place » qui marque un retour à un certain Glam Rock des Beautiful Losers et qui restera lui aussi dans les tiroirs de Jay.
Honoré par le métier (Cœur de la création en 1988, médaille de la Sacem), Jay est également plébiscité pour des musiques de film. Le réalisateur Léos Carax le contacte plusieurs fois,appréciant énormément son travail, ils écriront ensemble une chanson pour « Mauvais Sang » qui malheureusement sera absente de la version finale du film.



4-A Reminiscent Drive / les années F-Com
1994, Jay épuisé par des années de travail forcené (on raconte qu’il finit l’enregistrement de ses derniers albums allongé sur un sofa), cesse sa collaboration avec Jil Caplan et la fréquentation des grands studios.
Ce n'est certainement pas un hasard si la liste alphabétique de ses chansons commence par "After Life" et finit par "You Are Free" ? En ce milieu des années 90, le faiseur de tubes a soif d'autre chose... Une musique instrumentale, débarrassée des diktats du format chanson, qui lui permettrait d'explorer un autre versant de sa sensibilité - clairement en rapport avec son questionnement spirituel. Le projet A Reminiscent Drive prend forme en 1995, sur un vieux magnétophone 8 pistes et des cassettes ferrochrome. "No Computer On This Record", peut-on lire, tapé à la machine, sur la pochette du premier EP "Flame One" (1996). Jay Alansky est accueilli à bras ouverts par le label F-Com, un des fers de lance de ce qu'on appellera bientôt la French Touch. Suivront deux autres EP « Embrace » et « Given » puis l'album "Mercy Street" (1997) et sa pochette au cerisier japonais, shooté par Jay qui à cette époque consacre la moitié de son temps à la photographie. Suivra un livre de collage « Visual Samples », et de nombreuses expositions de son travail sur l’image à l’occasion de la sortie d’Ambrosia en l’an 2000. Quelques sets de DJ, des mixtapes (Big Chill grand festival anglais), des remixes, (un très original « A ton étoile » pour Noir Désir devenu très recherché sur la toile), autant d’activités réalisées par Jay qui également soutenu par Patrick Rémy éditeur/journaliste réputé dans le monde de la photographie, poursuit de nombreux projets (femmes asiatiques, actrices), et est salué notamment par plusieurs prix honorifiques pour la mise en ligne de deux sites Internet. Les disques de A Reminiscent Drive sont distribués dans de nombreux pays (Royaume-Unis, Scandinavie, Allemagne, Japon…) et honorés par le public et la critique (Single of The Week dans le NME, Record Mirror, The Wire, Mojo « … la musique que ferait Ravel s’il était encore vivant aujourd’hui »).
« New York City Dharma », « Life is Beautiful », « Two Sides To Every Story », « Ambrosia » autant de titres remarqués et présents dans de nombreuses compilations de musique électronique (Hôtel Costes,etc…). Des cinéastes comme Agnès Varda utilisent ses morceaux.
Ambient, expérimentale mais hyper mélodique, libre de toutes contraintes et formatage, Jay crée avec A Reminiscent Drive une œuvre protéiforme et toujours surprenante.
En 2003, voyant le monde de l’électronique devenir aussi prévisible que sectaire, Jay sort un nouvel album sous son propre nom cette fois, toujours sur le label F.Com, on y remarquera un changement d’orthographe, Alanski s’écrivant désormais avec un Y. Son titre "Les yeux crevés" (qui est également une des chansons de l’album interprétée en français par Jay) sera contesté, jugé violent,trop psychédélique, « dark »et déroutant en opposition à sa pochette dessinée et coloriée. Le label demande à Jay d’effectuer une série de concerts, (Bruxelles, Printemps de Bourges, Nouveau Casino, China Club…). L’expérience est intéressante mais douloureuse. Poursuivant une fois de plus plusieurs chemins à la fois, Jay Alansky orchestre également son retour dans la chanson française avec le premier enregistrement d’une jeune chanteuse, Elfy. Ambitieux concept, les textes étant co-écrits avec celle-ci « Lisa sans son étoile » sort en 2002 sur une major,EMI. Bien qu’adoubé par de fortes personnalités (Catherine Breillat écrira la biographie de l’artiste, Asia Argento doit en réaliser les clips) l’album à peine quelques semaines après sa sortie, sera sacrifié par un remaniement du label. Changement de patron, nouvelles priorités, mise au placard. Devenu rare, c'est maintenant un album "culte" et très recherché, notamment par un certain public gay, qui en apprécie les subtiles ambiguïtés. Jay continuera la collaboration avec Elfy, deux albums, « Comme un loup » et « Les animaux » poussant encore plus loin la synthèse chanson / electronica seront enregistrés mais ne verront jamais le jour. Seuls quelques CDRs faits mains seront vendus lors de prestations de l’artiste.Jay écrira également à cette époque pour le magazine "Recording" un billet mensuel Speedway et de vastes articles et critiques sur les Beach Boys et Todd Rundgren,son héros.


5–Images, cinéma, retour en chanson…
Durant sa carrière d’auteur compositeur Jay aura fantasmé d’écrire pour certains grands noms de la chanson. Ainsi il rencontre Sandie Shaw, « la chanteuse aux pieds nus » au début des années 90, Lambert Wilson lui réclame un album, il envoie un titre à France Gall ou à Brigitte Bardot… C’est donc avec plaisir qu’il accepte la demande de Sylvie Vartan. Il lui propose trois chansons dont une écrite spécialement pour elle et deux déjà enregistrées par A. Betti. Paradoxalement, elle choisira ces dernières faisant écho à sa fameuse « Maritza » dans son interprétation de « Odessa » racontant l’exil d’une jeune russe s’installant à Paris. Une rencontre forte avec Buzy donnera le jour également à deux titres. Il continuera sa collaboration avec Jacques Duvall pour Marie-France et Lio (notamment « Le même sourire » en 2006). Il produira Thuy Nhan, débutera l’écriture d’un spectacle musical au sujet hors du commun avec Pierre Grosz, malheureusement stoppé net par l’incapacité de le monter financièrement. Il poursuivra son travail photographique explorant notamment l’univers SM avec un cahier d’images rarissime « Obsessive Flesh ».
En 2006 Jay Alansky propose à F.com un nouvel album « Comedy World » synthèse psychédélique, abrasive,et peut être trop rock’n’roll pour que le label accepte de le sortir, ce qui mettra fin à leur collaboration. La même année Jil Caplan et Jay Alansky emménagent chacun dans de nouveaux appartements... situés l'un en face de l'autre, dans la même rue. Ce hasard provoque des retrouvailles artistiques, concrétisées par l'album "Derrière la porte" (2007), entièrement réalisé dans le Pink Studio que Jay s'est installé près des Champs-Élysées. Une très belle presse salue ce disque, parfaitement en phase avec l'époque, où la culture ''chanson" et l’electronica fusionnent d'une façon assez unique. « Derrière la porte » s'inscrit comme un album charnière dans la discographie de Jil Caplan, et lui permet de relancer sa carrière par la scène (L'Européen, Le Petit Saint-Martin, tournée en Chine et en province...).
Parallèlement Jay écrira et réalisera « Les Stations Du Ciel », quatre films, 3h40 en tout. Habitué de l’autoproduction et fort de son expérience des images il cadrera, éclairera lui même cet ambitieux projet, entouré simplement d’une assistante de production et de 13 actrices, dont la maman de Marion Cotillard, Niseema Theillaud. Un des quatre films « Look Up, Prepare The Way ! » sera en grande partie tourné à New York.
Pour qui connaît ses photos, les couleurs, les contrastes sont typiques : tantôt trash- warholiennes, tantôt tendres à faire pleurer avec leurs dialogues à fleur de nerfs. Sous leurs faux airs de collages impressionnistes, ces films disent des choses importantes sur l’époque. Religion, « ultra moderne » solitude, masochisme, délitement du temps et de l’existence, les thèmes abordés sont graves, brutaux.Expérimentation totale ! La musique mais aussi l’écriture des dialogues extrêmement aboutie en sont également la marque.
Depuis, une collaboration avec l’étonnant Pierre Faa («le meilleur auteur-compositeur de langue française aujourd’hui», déclare Jay), donnera naissance à un album, «L’avenir n’est plus comme avant » paru au printemps 2011.
 Nobody Knows The Heaven des Beautiful Losers sera réédité sur les labels Lion Records/ Martyrs of Pop et jouira d’une reconnaissance de la presse la plus pointue. (35 ans plus tard !). A cette occasion Jay réalisera trois clips. La Fiancée, le groupe Nouvelle Vague, Jane Birkin, Philippe Katherine reprennent ses chansons.De nombreuses compilations utilisent ses "classiques électroniques" dont celles du célèbre José Padilla. Il écrit  les musiques d'un EP pour Vanessa Chassaigne et depuis quelques temps, sur le web, on peut suivre l’avancée de sa nouvelle et mystérieuse incarnation musicale sEYmour.
Jay a mis en ligne plus de deux cents vingt films expérimentaux (très sollicités sur Vimeo et son travail photographique peut être vu dans plusieurs blogs et sur Tumblr où ses photographies circulent abondamment.Il réalise de nombreux clips pour Emma Solal, Pierre Faa ( dont "L'art de n'pas y toucher" extrait de Tous Buzy (un "tribute" à la chanteuse) tourné à New York.
Son court-métrage "Monstruosa" a été en compétition au Fetish Festival de Kiel 2011 en Allemagne et peut-être vu sur plusieurs sites (ainsi que les quatre films des "Stations du Ciel").2012 et 2013 devraient ( entre autres ) voir l'intégralité de son projet électronique A Reminiscent Drive ressortir en digital ainsi qu'un double album Anthologie "Zoom Back Camera" sur le label allemand Peacelounge distribué dans le monde entier et en France par PIAS.
En janvier 2015 sort aux Editions de l'Harmattan le roman, "Hermine et le vieux jeune homme" et le onze février, l'album de Seymour "I Was a Gentleman". Suivra la réédition en vinyl de l'album SEASON (1971) sur Wah Wah Records, le très réputé label espagnol et France Chébran (avec le rap de Pierre Edouard, très apprécié par la blogosphère et la presse (Magic, Technikart, Rock&Folk etc...). En 2016 se tient une exposition des photographies argentiques ( 1995-2002 ) de Jay Alansky à la Galerie de l'Angle à Paris.

Voilà un phénix qui n'a pas fini de renaître...